COP26 : étape cruciale dans la lutte contre le réchauffement climatique

La 26ème conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) ou COP26 , se tiendra du 31 octobre au 12 novembre 2021, à Glasgow (Royaume-Uni). Acteur majeur de la lutte contre le changement climatique et garante de l’esprit de l’accord de Paris, la France portera à Glasgow, avec l’Union européenne, des actions fortes sur plusieurs priorités.

Les derniers travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat confirment l’urgence d’agir et de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre pour rester sur une trajectoire de hausse de la température mondiale de 1.5°C comme prévu par l’accord de Paris. Les engagements pris par les Etats Parties dans le cadre de la COP26 seront déterminants pour l’avenir de la planète.

Enjeux et priorités de la COP 26

Dans ce contexte, les 4 priorités de la COP26 sont :

1. Rehausser l’ambition climatique mondiale

5ème convention des Parties depuis l’adoption de l’accord de Paris, la COP26 correspond au 1er point d’étape du cycle de l’ambition prévu par l’accord de Paris.

Ce cycle de l’ambition prévoit que chaque Partie à l’accord rehausse, tous les 5 ans, ses engagements climatiques à travers la soumission d’une nouvelle contribution déterminée au niveau national (CDN) à la CCNUCC.

L’Union européenne a rempli cet objectif en s’engageant à réduire d’au moins 55% ses émissions nettes de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport à 1990 et à atteindre la neutralité climatique d’ici 2050.

2. Finaliser les règles d’application de l’accord de Paris

A la COP26, les négociations se poursuivront sur les règles d’application de l’accord de Paris, en particulier sur l’article 6 qui prévoit des mécanismes d’échanges d’émissions et sur la transparence. La France et l’Union européenne espèrent que les discussions pourront se finaliser à Glasgow.

3. Mobiliser la finance en faveur des pays en développement

Les pays développés se sont engagés à mobiliser, entre 2020 et 2025, 100 milliards de dollars par an en faveur du climat dans les pays en développement.

Pour faire le point sur cet engagement, les pays développés, dont la France, ont publié avant la COP26 un plan de mise en œuvre (« delivery plan ») sur les montants qu’ils mobiliseront d’ici à 2025. Ce plan a été publié le 25 octobre 2021.

La France est déterminée à atteindre cet objectif pour répondre aux attentes des pays les plus vulnérables. Le président de la République s’est engagé à :

  • augmenter les financements climat mobilisés par la France à 6 milliards d’euros par an de 2021 à 2025 ;
  • en consacrer le tiers (soit 2 milliards) à l’adaptation. Cela correspond à une hausse par rapport à l’engagement pris à la COP 21 qui était d’atteindre 5 milliards d’euros en 2020, dont 1,5 milliard pour l’adaptation. En 2020, l’engagement a été tenu, avec un total de 5,05 milliards d’euros de financement, dont 1,96 milliard pour l’adaptation, et même dépassé en 2019 avec 6 milliards d’euros.
    Pour la période 2020-2023, la France a doublé sa contribution au Fonds vert pour le climat en la portant à 1,5 milliard d’euros.

Cette dynamique s’inscrit dans un cadre européen : les financements climat de l’Union européenne (UE) et de ses États-membres ont atteint 21,9 milliards d’euros en 2019 (avec une UE à 27 membres), faisant de l’Union le premier contributeur de financements climat publics.

4. Valoriser et renforcer l’Agenda de l’action

L’Agenda de l’Action climatique a été créé pour que les acteurs non étatiques puissent déployer des actions opérationnelles sur le climat. Il a été un des éléments clefs du succès de la COP21 et de l’adoption de l’Accord de Paris.

La France souhaite faire perdurer l’esprit inclusif de Paris en poursuivant la mobilisation des acteurs (collectivités locales, chercheurs, société civile, ONG, représentants de la jeunesse, entreprises) et les coalitions multi-acteurs afin qu’ils développent des solutions concrètes de lutte contre le changement climatique dans différents secteurs (énergie, transport, bâtiments, eau, océan). A la COP26, la France offrira un espace d’expression à ces acteurs à travers la programmation de son pavillon.

Informations complémentaires

Dernière modification : 03/11/2021

Haut de page